Iles fantasques

Iles fantasques

« Les îles fantasques balayent notre imagination,
évoquent nos métamorphoses…
Transfigurent les territoires intérieurs
….. Enfantement à soi-même…
*Transforment en clarté et en flamme ce que nous sommes. »

Texte Sylvaine Ponroy
* la dernière phrase est de Nietzsche « Le gai savoir »

Suite du texte en bas de page…

mercredi 14 avril 2021 – 1

4dessinmuuuucopienou2 copiwebe

fffe-2 copie 3web

_DSF6907 copieghhhhcopieV1web

_DSF7779VCVVVpetit

pasgeorgesbrassens 2petit

_DSF8068 copi3 rougepetit

DSC_8919 copyile blancheV3vvv copiepetit

DSCF0008 jjjjjjoui plus claire sur papier chinoisV1petit

_DSF7665 copieNBpetit

_DSC3087SDX les soeures,kcopy 2

_DSF6499hhhhgggpetit

_DSF7850 copie

armandetplantesgravpetit

_DSF7989V1petitweb

_DSF7826_01grainespetit

_DSF7541V1web

_DSF7374 copiennn 2noire copie

_dsf6652 kkkkcopiewebweb

2 blancxweb

Texte sur les Îles fantasques

"Les îles fantasques balayent notre imagination,
évoquent nos métamorphoses...
Transfigurent les territoires intérieurs
..... Enfantement à soi-même...
* Transformant en clarté et en flamme ce que nous sommes.
             *la dernière phrase est de Nietzsche "Le gai savoir".

Ces îles sont les désirs qui nous habitent,
Les désirs rassasiés, insatisfaits
Les peurs, la colère, la joie,
La recherche de quelque chose qui nous échappe,
Des rêves improbables,
Une île refuge

Nos métamorphoses au sortir de l’enfance où nous comprenons que l’autre est tout à la fois nous et autre que nous, l’enrichissement perpétuel de pouvoir se projeter en autrui, qu’au delà de notre propre expérience l’autre est un autre que soi.

Un peu plus tard sentir intimement qu’au vide se substitue le plein, qu’il existe des instants où tout nous est donné, la perception que nous avons vécu là le moment le plus en adéquation avec l’univers, avec nous-mêmes. Attendre ces moments improbables, être certains qu’ils reviendront. La plénitude est le mot qui nous vient à l’esprit.

Nos actes dessinent le chemin que nous prenons.

Dans la forêt, se perdre, ne plus retrouver son chemin,
Le cauchemar d’un voile qui s’agrippe aux ronces,
Des parois infranchissables qui se dressent devant nous, le courage qu’il faut pour les franchir.
La mer indique le caractère illusoire des choses, avec le flux et le reflux tout est remis en question chaque jour.
Les fruits terrestres, les nourritures de l’esprit …
Les graines fécondes de la sagesse, la révélation, la plénitude de certains instants…
La compréhension de l’autre qui n’est pas nous, nous modifie,

Notre place est différente, d’île nous devenons archipel, continent

La force de notre imagination enrichit notre esprit, nous fait être et agir autrement, nous transforme, nous permet de mettre en œuvre d’autres itinéraires.

Avec la part que nous avons reçue,
Les choix que nous avons faits
La liberté que nous nous sommes donnés,
Le chemin que nous décidons de faire nôtre,
Le choix de dire non, le choix de dire oui,
L’écoute de ce qui semble bon pour nous, pour les autres,
Le choix d’entendre et de se mettre à l’écoute du monde,
Le choix de pouvoir interpeller, décider. 

La clarté provient de la sensation que nous renvoyons lorsque nous sommes en adéquation avec nous-mêmes.

La flamme est énergie.

Parfois il faut brûler ses navires pour prendre un nouveau chemin plus proche de sa nouvelle réalité. »

Texte Sylvaine Ponroy

« « TOUS DROITS RÉSERVÉS »/ALL RIGHTS RESERVED

Tous les textes, photographies, œuvres graphiques, sonores et visuelles présentées sont soumises au « Droit d’auteur ».

Reproduction, including downloading of the works, is prohibited by copyright laws and international conventions without the express written permission of Sylvaine Ponroy. »

Sansblanc titre-1

Sansblanc titre-1

SP